Business : Sur ses 944,2 millions d’euros de chiffre d’affaires, 321 millions sont réalisés par Free

Business : Sur ses 944,2 millions d’euros de chiffre d’affaires, 321 millions sont réalisés par Free Mobile, dont la part de marché au 3e trimestre atteint 11% avec 7,435 millions d’abonnés. Le groupe Iliad, maison-mère de Free, se porte toujours aussi bien. Au 3e trimestre, son chiffre d’affaires a atteint 944,2 millions d’euros, soit une hausse d’un peu plus de 15% sur un an. Sur les 9 premiers mois de 2013, la croissance de l’opérateur est de 22,5% à 2,7 milliards d’euros de CA. C’est dans le secteur de la téléphonie mobile que la croissance est la plus forte au dernier trimestre (+34,7%), avec 321 millions de chiffre d’affaires dégagés. Free Mobile ne communique en revanche pas sur sa rentabilité. En termes de conquête, le 4e opérateur mobile a attiré 640.000 nouveaux abonnés, portant le parc total de clients de Free Mobile à 7,435 millions. Cela représente 11% de part de marché. « Le Groupe a accéléré sa conquête d’abonnés sur les utilisateurs ayant une consommation modérée (forfait mobile à 2€/mois) » commente Iliad. Mais si Free a continué de gagner massivement des clients, Reuters précise néanmoins qu’il s’agit du « nombre de conquêtes d’abonnés le plus faible dep...

Last fall, a sudden gas-pipeline accident destroyed dozens of homes near Boston: 141 fires, five explosions,

Last fall, a sudden gas-pipeline accident destroyed dozens of homes near Boston: 141 fires, five explosions, 21 serious injuries, and one death— in a single evening. This is the story of how such a thing happens— and the heroic response that day. A knock on the door wakes up Omayra Figueroa. It’s Leonel. On the front stoop. Of course. Leonel is an honorary Figueroa. His mother often jokes to Omayra about moving his bed there. Shakira, Omayra’s twenty-one-year-old daughter, throws on some clothes and joins him outside in the sun. It’s beautiful out, 70 degrees. The Figueroas—Omayra, her three children: Shakira; Christian, twenty; and Sergio, seventeen—moved to this working-class neighborhood of Cape-style single-family homes in 2013. It sits just around the corner from a strip mall and the Registry of Motor Vehicles, but Colonial Heights feels like its own little world, less than a square mile, green and still. Oak trees arc over hushed streets. Over eighty years, Colonial Heights has become increasingly diverse—Latin American and southeast Asian names showing up on mailboxes alongside the Irish and Italian ones. Thirty-five Chickering Road is the first property that Omayra has ...